Le Cadre d’Echange de Partis Politiques et Regroupements de Partis Politiques pour une Transition Réussie au Mali déclare:<< Nous tenons le Premier Ministre Choguel Kokalla MAIGA pour seul responsable des conséquences du non-respect des engagements pris devant la communauté internationale>>

PARTAGER AVEC VOS AMIS

Le samedi 06 Novembre dernier, les partis membres du Cadre d’Echange de Partis Politiques et Regroupements de Partis Politiques pour une Transition Réussie au Mali, ont organisé un meeting au Palais de la Culture de Bamako pour informer l’opinion nationale et internationale qu’ils ne participeront pas aux assises nationales et disent non à la prolongation de la transition.
Placé sous le thème : Sauvons la Transition, ce grand meeting a permis aux organisateurs de demander une transition solidaire avec des enseignants, des salariés, de ceux qui souffrent de l’insécurité et de la cherté de la vie.
Les membres de ce plateforme qui sont: EPM ; ARP ;Espérance Nouvelle, Jiguiya Kura ; ASMA-CFP ;YELEMA ; MOREMA ; ADRP ; RDS, UM-RDA dit oui au respect des engagements et non aux mensonges. Ils exigent le respect de l’engagement pris et le retour à l’ordre constitutionnel normal.
Selon Amadou Goïta, ancien ministre et porte parole du cadre, le lundi 07 juin 2021, Choguel Kokalla Maiga, membre du M5-RFP, était nommé Premier ministre du Mali par le Président de la Transition, le Colonel Assimi Goita. De cette date à nos jours, nous assistons avec regret à une remise constante des délais du Chronogramme reconduit par le gouvernement de Moctar Ouane. Qu’il s’agisse de la révision exceptionnelle des listes électorales, de l’audit du fichier électoral, de la tenue du scrutin référendaire ou encore des actes devant être posés dans le cadre des préparatifs des élections présidentielles et législatives de février 2022, le gouvernement de Choguel Kokala MAIGA n’a posé aucun acte pouvant rassurer l’opinion nationale et internationale sur sa volonté de respecter le délai de la transition.
<>, a déclaré le ministre Goïta.

Pour le plateforme, après avoir écarté le ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, légalement compétent pour l’organisation matérielle des élections, après avoir ignoré tous les actes posés (ateliers, réunions du cadre de concertations MATD-Partis politiques, élaboration d’un projet de loi électoral consensuel) par ce département, le gouvernement Choguel a décidé de la création et la mise en œuvre d’un organe unique de gestion des élections contre la volonté de la majorité de la classe politique et de la société civile ainsi que des techniciens du MATD (Cf atelier des 29 et 30 juillet 2021). Ainsi, le scrutin référendaire prévu le 31 octobre 2021 n’a bien sûr pas eu lieu.

<>, a martelé Mr Goïta .

Selon le Cadre, la majorité de la Classe Politique et de la Société Civile, rejette toujours le type d’Organe Unique de Gestion des Elections du Gouvernement envisagé au forceps par le Premier Ministre Choguel Kokalla MAIGA.

<> a été dénoncé par les organisateurs du meeting.

Pour eux, en lieu et place d’un Organe Unique, pendant cette période de transition, le gouvernement doit, en plus des structures déjà opérationnelles, renforcer la CENI, en lui confiant, notamment, la mission de contrôle de toutes les opérations électorales.

Pour le Cadre, lors de la dernière visite du médiateur, le gouvernement de Transition s’est engagé à publier le calendrier électoral avant la fin du mois d’Octobre 2021. Force est de reconnaitre cet engagement n’est pas tenu. Nous tenons le Premier Ministre Choguel Kokalla MAIGA pour seul responsable des conséquences du non-respect des engagements pris devant la communauté internationale.

Bréhima Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *