Projet de construction et de gestion d’une unité de transformation des déchets en énergie avec un coût de réalisation estimé en environ 130 milliards de FCFA

PARTAGER AVEC VOS AMIS

Le groupe SAER en partenariat avec la mairie du district de Bamako, de l’entreprise citoyenne (E2S) et du département des mines, de l’énergie et de l’eau a organisé la cérémonie de signature d’accord pour la réalisation de la centrale de transformation des déchets dans la capitale malienne. Estimé en environ 130 milliards de nos francs, la commune de Sanankoroba abritera la centrale, précisément à Sinsina. On pouvait noter la présence du ministre de tutelle, M. Lamine Seydou Traoré, le président du groupe SAER, M. Diadié dit Amadou Sankaré, le maire du district de Bamako, M. Adama Sangaré, le directeur de E2S, M. Fodié Ibrahima Maguiraga,  et de nombreux invités. C’était jeudi, 17 juin dernier à l’hôtel Radisson collection ex Sheraton.
       Dans le souci de contribuer à l’assainissement de la ville de Bamako et surtout de pallier la problématique des dépôts d’ordures dans la capitale malienne, l’entreprise citoyenne E2S a jugé nécessaire de trouver une solution qui participera en même temps à la réduction du gap énergétique. Il s’agit pour l’entreprise E2S et ses partenaires de faire du problème environnemental une solution énergétique. Ce projet veut aussi contribuer à l’employabilité des jeunes. Pour  ce faire, il est prévu environ 6000 emplois, avec une capacité de transformation de 1500 tas d’ordures par jour. 
       Dans son allocution, le président du SAER, M. Diadié dit Amadou Sankaré, a salué l’engagement du ministère des mines, de l’énergie et de l’eau puis la mairie du district de Bamako dans la réalisation de ce présent projet. Selon lui, ce projet est important, car il est non seulement une réponse au déficit énergétique, mais aussi une solution à la problématique de dépôts de transits qui foisonne dans notre capitale. 
   En l’entame de ses propos, M. Adama Sangaré, maire du district de Bamako, a souligné : « Sans l’engagement de l’Etat, Bamako ne sera jamais une ville propre ». Son intervention a été surtout basée sur des interpellations. Pour lui, l’assainissement de la ville de Bamako est une priorité ; c’est pourquoi, il a demandé au ministère de tutelle de réagir face à la décharge finale des déchets. L’assainissement de Bamako passe aussi par le changement des comportements. C’est la raison pour laquelle il a invité la population bamakoise à payer ses taxes « la population doit accepter de payer la taxe, car cela contribue au développement de la cité ». Au cours de la cérémonie, un protocole d'accord a été signé entre l'entreprise citoyenne E2S, la mairie du district de Bamako  et le groupe SAER pour la réalisation de la centrale de transformation des déchets.

Sitan Koné

Sitan Koné

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *