Association Teriya-ton : sensibilise la jeunesse pour la paix durable dans le Sahel

PARTAGER AVEC VOS AMIS

Dans le cadre de la commémoration de la journée panafricaine célébrée, le 25 mai dernier, l’association Teriya-Ton de Kati a organisé sa toute 1ère édition du forum dialogue panafricaniste. La cérémonie était placée sous le parrainage de M. Aliou Boubacar Diallo, président d’honneur du parti ADP-Maliba. A ses côtés, la représentante de Mi-sahel, Mme Traoré Nathalie Koné, le représentant de la mairie de Kati, M. Cheick Oumar Coulibaly, chef de département des affaires juridique et générale du ministère des Maliens de l’extérieur et de l’intégration africaine, M. Lacinè Coulibaly et de nombreux invités. C’était le dimanche 30 juin dernier, au conseil de cercle de Kati.
A l’ordre du jour de cette 1ère édition, deux thèmes ont été largement débattus par des panelistes, à savoir : la jeunesse africaine face à l’insécurité dans le Sahel, défis et perspectives et la déculturation de l’Afrique. Ainsi, l’objectif de ce forum, premier du genre, est de susciter un débat constructif sur l’avenir de l’Afrique, en général et du Sahel en particulier, en proposant des idées pur y parvenir.
Après les mots de bienvenue du représentant de la mairie de Kati, M. Cheick Oumar Coulibaly, le président de l’association Teriya-ton, M. Siraman Coulibaly a pris la porale. Selon lui, l’objectif de cette cérémonie est de réunir la jeunesse africaine, en général et celle des pays du G5 Sahel, en particulier pour la consolidation de la paix dans le Sahel. Le choix du thème, la jeunesse africaine face à l’insécurité dans le Sahel, défis et perspectives, n’est pas fortuit d’après ses dires : « les jeunes ont un rôle à jouer, celui de contribuer à la stabilisation en tant que futurs d’un Etat », a-t-il fait savoir.
Pour sa part, M. Lacinè Coulibaly, chef de département des affaires juridique et générale du ministère des Maliens de l’extérieur et de l’intégration africaine, dira que les thématiques choisies pour ce forum sont interpellatrices, vu l’insécurité grandissante dans le Sahel. Il s’agit pour lui des sujets d’actualité qui méritent d’être mis sur table. La jeunesse est un levier pour le développement de l’Afrique, dit-il, donc sa place est prépondérante dans la quête de la paix dans le Sahel.
Mme Traoré Nathalie Koné, représentante de MI-SAHEL, pour elle, le présent thème évoque l’implication des jeunes dans la lutte contre l’insécurité. «Notre présence dans cette cérémonie est de soutenir l’association Teriya-ton pour leur montrer que, la jeunesse a un rôle très important en terme de sensibilisation et de formation ». Selon elle, il ne peut pas avoir d’insécurité que si les jeunes ne sont pas utilisés par les forces négatives.
Aussi dans son intervention, l’accent particulier a été mis sur la participation des femmes, dans la lutte contre l’insécurité : « il faut impliquer davantage les femmes qui représentent plus de la moitié de la population », a-t-elle précisé.
La cérémonie a été sanctionnée de l’exposition d’art et de la projection vidéo sur le panafricanisme.
Sitan Koné

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *