Commémoration de la fête du travail: la CDTM l’a célébré avec détermination

PARTAGER AVEC VOS AMIS


Le 1er mai 1886, date historique, marque la révolte des travailleurs américains à Chicago. Cette manifestation avait pour objectif la réduction des heures de travail à 08 h. Depuis cette date, le monde du travail célèbre, chaque année, la fête du travail en souvenir de leurs camarades tombés en revendiquant leurs droits. A cette occasion, la Centrale Démocratique des Travailleurs du Mali (CDTM) a organisé sa traditionnelle conférence-débat autour des thématiques suivantes : Le rôle des pouvoirs publics et les organisations syndicales dans la problématique de salaire ; l’équité syndicale en République du Mali ; Politique et stratégie des organisations syndicales face à la Covid-19. C’était samedi, 1er mai 2021 à la maison de la presse.
Depuis sa création en juin 2014, la jeune Centrale Démocratique des Travailleurs du Mali, avec à sa tête Mme Sidibé Dédéou Ousmane, célèbre la fête du travail chaque année. Cette journée est symbolique pour les travailleurs du monde et permet aux différentes organisations syndicales de faire le point sur leurs activités de l’année, a-t-elle fait savoir. Pour la CDTM, il s’agit de faire le point sur les différentes doléances soumises au gouvernement dans l’attente des négociations, a-t-elle confié.
Les thèmes choisis pour cette journée ne sont pas fortuits, selon la secrétaire générale. Ils sont placés, dit-elle, sous le signe de la solidarité, de l’équité et du traitement égal pour l’ensemble des travailleurs et leurs représentants au Mali. La première thématique est en rapport avec la grille salariale des travailleurs du Mali. D’après Mme Sidibé Dédeou Ousmane, comparativement aux autres pays de la sous-région, notre pays a le plus bas salaire. En poursuivant son intervention, elle a aussi mentionné la problématique de la représentativité. Pour cela, elle a invité le gouvernement à l’implication des organisations syndicales à la prise des décisions.
La deuxième thématique met l’accent, dit-elle, sur la protection des travailleurs en cette période de la pandémie et son impact sur les différentes structures, notamment le secteur informel, privé, public et parapublic. « Nous avons des milliers de travailleurs aujourd’hui qui sont en chômage », a-t-elle déploré.
Sitan Koné

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *